Master en Pratiques de l’exposition

Le master en Pratiques de l’exposition (CARE) cherche à réfléchir et renouveler les pratiques d’exposition et de médiation. Ce programme se construit en étroite collaboration avec des lieux spécialisés et noue un partenariat privilégié avec le centre d’art contemporain de la Ville de Bruxelles, la CENTRALE for Contemporary Art, où les étudiants sont en résidence. C’est un laboratoire qui s’exerce à l’échelle 1:1.

Ce master spécifique s’adresse à des étudiants disposant d’un diplôme de bachelier en art ou pouvant se prévaloir d’une expérience personnelle ou professionnelle équivalente. Le groupe d’étudiants constitué reflète ainsi la diversité des parcours et horizons possibles (art, architecture, design, histoire de l’art, anthropologie, sociologie, etc.)

Ouvert en septembre 2015, le master est à la croisée du centre d’art et de l’école d’art, de disciplines, de cursus, de médias, et de pratiques. Et c’est là aussi qu’il doit s’inventer : dans cette hybridité. Expérimentant des formes créatives et de recherche proches de celle du commissaire d’expositions, le master n’en est pas moins ouvert à tout profil qui s’éloignerait quelque peu de l’habituelle distinction entre le créateur, le récepteur, le commentateur et leurs nombreux intermédiaires. Le master est ainsi soucieux de répondre à l’évolution du monde de l’art qui a vu apparaître de nombreuses figures tenant avec imagination plusieurs rôles (le commissaire-artiste ou l’artiste-commissaire, l’artiste-médiateur, le commissaire-performeur…). Cette porosité des disciplines et des rôles est considérée au sein du master comme un champ d’investigation fertile, la question centrale étant en définitive, par-delà les étiquettes, les médias, voire les lieux de réception et les publics de destination, de développer un travail qui sera au plus près de la personnalité de l’étudiant.

Au plus proche de la personnalité et d’une pratique singulière, mais aussi et avant tout le plus ouvert à l’autre, dans une dynamique et une recherche collective. Car il s’agit bien de regard et d’écoute, comme un écho au titre du programme, qui nous invite à prendre soin. Être attentif aux oeuvres, aux artistes, aux qualités des lieux, aux publics, aux montages et à toutes les étapes qui structurent et font exister l’exposition. Investiguer les conditions de diffusion optimales propre aux oeuvres afin de profiter et de faire profiter pleinement leur pouvoir d’évocation. Lire et comprendre le travail des autres, être capable de l’engager dans de nouveaux projets, de faciliter son éclosion et d’établir des correspondances. Mesurer ainsi ce qui constitue son univers propre et celui des autres et sonder la possibilité (ou la difficulté) d’établir entre ces univers des passerelles.

Infos, contact :
www.arba-esa.be/care
coordination pédagogique Aurélie Gravelat a.gravelat@arba-esa.be

logo_arba_esa