Isabelle FRANCIS

>

Galerie Bortier

Légèreté(s) Développements Rythmes

Une exposition ne s’arrête pas au fait de déposer son travail dans un lieu.
Un lieu s’imprègne de soi et soi de ce lieu. L’individu comme l’installation y trouvent sa source.
Au départ, l’intimité de la rencontre : dessiner l’espace. Puis, modifier les aspects matériels pour du fragile, car le temps d’exposer, et poser des limites, car montrer. Impressions aigres-douces de l’atmosphère familière procurées par l’omniprésence de ces feuillets reliés, de ce livre, départ de mon travail de typographe et éditeur, et de mes recherches sur le papier, le fil et la lettre…
Cet espace est divers, non limité. Chaque surface murale contient ses propres rythmes.
L’acte de « faire », l’investissement personnel possible au sein de cette architecture. Parois amovibles, espace tactile que j’ai déplacé pour provoquer une circulation particulière à mon travail : écartement, vide, interstices. Cacher puis rendre le mystère visible. Par mes explorations, faire ‘arrêter, observer et poser des questions’. Y travailler mes notes de dérision et mes décalages. Il se manipule de tous côtés.
Partant de là, mes intérêts pour la limite, la tension, le multiple – jusqu’où un fil peut être tendu ou une matière, manipulée sans être déchirée ? – y trouvent écho.
L’effet ‘mise en vitrine’ est pour moi, l’expérience partagée de la mise au défi du spectateur : vais-je entrer ?
Isabelle Francis, septembre 2006

Artistes

Publications