Marie ROSEN & Eléonore GAILLET

>

Des/Accords

Réunies autour d’un bout d’histoire commune, toutes deux issues de l’Ecole de La Cambre, ces deux jeunes artistes ont décidé de conjuguer leurs démarches respectives pour nous proposer une exposition riche en lectures, sans entrer dans le jeu de l’art intellectualisé. Des images, des correspondances et des possibilités.
La démarche picturale d’Eléonore Gaillet est une peinture de la couleur et du geste explorant les thèmes de l’aller retour, du voyage, du corps, du paysage, du regard. Son travail s’élabore sur la toile, sur des papiers vierges et essentiellement sur des matériaux de récupération issus de la vie courante. Le travail pictural vient dès lors se greffer sur des surfaces déjà marquées tels que des planches de bois provenant de caisse de fruits et légumes, des cartons d’emballage, ou encore des bidons de conserve. Loin d’avoir pour principale préoccupation une éventuelle critique de la société de consommation, son sujet n’être autre que sa propre vision d’image dans et sur les images du monde.
La démarche de Marie Rosen est essentiellement axée sur des préoccupations liées au corps, au climat familial et à l’ambiance du foyer, au souvenir et à la temporalité de ceux-ci. Il est question d’objets, de faits du quotidien qui viennent se greffer à la conception mentale que chacun se fait de son propre corps. Les objets du quotidien, récurrents dans sa peinture, sont choisis pour cette raison. Ce sont ceux que l’on connaît le mieux. Parlant d’événements personnels, ces images peintes sur bois se situent quelque part dans la narration. Elles parlent d’événements rapides dans le temps et pourtant diffus. C’est la réorganisation du souvenir qui l’amène à la création d’images. Parenthèses actuelles et imaginaires de sentiments, de petits faits, de petits rêves, faisant référence aux ex-voto.

Publications