Sandrine MORGANTE

>

Et je n'ai pas un coeur d'or

Dessin / Installation de projections vidéo

Un dialogue entre les spécificités du dessin et celle de la vidéo révèle l’état d’incommunicabilité du personnage.
Projection d’un extrait de film sur un dessin : un visage féminin, dans un moment d’émotion intense, est gêné par une tache. C’est la trace des mouvements de sa bouche image après image et du défilement des sous-titres s’il y en a.
Le spectateur est balancé entre une position distanciée et une forte empathie.
Le processus lui-même est à la fois froid (décomposition systématique du morceau de film) et émotif (l’artiste vient masquer ou soigner cette bouche geste après geste, obsessionnellement).

Publications