Vaast COLSON

>

Centrale Box

And the winner is

Lauréat du Prix BCC (Brussels Cologne Contem-poraries), Vaast COLSON propose une installation reflétant, comme de coutume, une subjectivité débridée qui tend parfois vers l’absurde.

Son intervention s’articule en deux temps et entre en parfaite résonance avec l’exposition BXL UNIVERSEL.
Tout d’abord, le spectateur découvre une affiche reprenant le dessin de l’Atomium en construction.
A la place de chaque boule est écrit le nom d’un artiste minimaliste de renommée mondiale (Dan FLAVIN, Sol LEWIT, Frank STELLA, Donald JUDD, …).

L’affiche annonce une exposition fictive qui aura lieu du 01-01 2076 au 25-03 2077; elle commence à la date où les droits de reproduction de l’image de l’Atomium ne seront plus de mise et se termine à la date anniversaire de Vaast COLSON qui aura alors 100 ans. Par la suite, le spectateur entre dans une petite pièce aux murs noirs avec au sol une petite taupe dont la parole métaphorique se lit à la craie blanche tel un philactère de BD :

Being a mole, also referred to as ‘dirt tosser’.
Although one would rather think of them as byproducts of tunneling activity. One is often credited for the sculptural quality of one’s molehills.
[Être une taupe , on nous appelle aussi « remueurs de terre » Bien que l’on aurait plutôt pensé aux taupinières comme résultats de l’activité de tunneling. Ces taupinières sont aussi souvent créditées d’une qualité sculpturale].

Le lien entre une activité « naturelle » ou intuitive et sa métamorphose, sa réévaluation dans les champs artistiques et économiques ou culturels sont évoqués ici. Les deux installations qui n’ont au premier abord pas vraiment de lien, soulignent de manière métaphorique les dédales du champ artistique et questionne les limites de l’art et de sa valorisation économique.

A l’issue de l’exposition, l’artiste aura récolté dans un cahier de dessin, les tentatives des visiteurs de dessiner l’atome. « Il sera fascinant de voir la grande différence entre l’image mentale et la reproduction », explique l’artiste. Finalement, une manière Escherienne de dessiner, sorte d’explorations de l’infini, de combinaisons de motifs qui se transforment graduellement en formes totalement différentes avec au final l’Atomium revisité.

Une fois de plus, Vaast COLSON nous confronte à une oeuvre à la fois généreuse et mélancolique qui possède l’énergie de son enthousiasme et de son assiduité. COLSON s’attaque aux grandes questions comme la place et le rôle de l’artiste dans la société, sa relation avec le public et le mythe (authentique ou pas) de l’existence de l’artiste.

Artistes

Photos