ANNULÉ – Happy Heads « Love Song » – Benoit+Bo

Suite aux recommandations du gouvernement fédéral et à la décision prise par les bourgmestres des communes de Bruxelles contre la propagation du coronavirus pour les événements de grande ampleur, le festival BLC est annulé. Plus d’informations sur www.festivalblc.com 

Happy Heads – Love Songs, Benoit+Bo
Un projet de Benoit+Bo en partenariat avec la CENTRALE for contemporary art
16.03 > 03.04.2020
ULB, Campus du Solbosch, Avenue Paul Héger

Le festival BLC – Bruxelles Libre Culture, dédié à la diversité culturelle, est organisé sur le campus du Solbosch de l’ULB (Université libre de Bruxelles) durant les mois de mars et avril. Tant le street-art, que le cinéma, l’architecture, la sculpture, la photographie, la peinture, la musique, la danse ou encore le théâtre seront mis à l’honneur. Tous les jours de la semaine, du midi au soir, de multiples activités permanentes et ponctuelles se dérouleront dans les divers recoins de l’université.

La CENTRALE for contemporary art, partenaire du festival BLC, proposera une programmation spéciale avec la participation du duo d’artiste Benoit+Bo :

Dans l’installation Happy Heads – Love Songs, une voix artificielle récite des mots d’amour extraits de chansons populaires en différentes langues, sans aucune émotion. La voix résonne d’immenses têtes inspirées de la culture chinoise populaire aux sourires figés. Cette manière de formuler les sentiments est très contemporaine : des sms ou des emojis sont devenus les moyens d’exprimer son amour. Par le biais de la technologie, l’émotion semble annihilée.

Le duo d’artistes franco-chinois, Benoit+Bo, place les lieux, les territoires, les paysages et la mémoire au centre de sa recherche artistique. En les conjuguant avec nos sensations et notre imagination culturelle, il crée une nouvelle perception contemporaine de l’espace-temps, une cartographie subjective.

En 2002, les deux artistes s’allient pour devenir Benoit+Bo / 東波西波 en 2005. Le duo crée un art-synthèse entre Orient et Occident.  Utilisant plusieurs médium, il puise son imagination dans la mythologie chinoise et l’art populaire pour nous faire rêver à un monde meilleur, métissé. Il exploite également le territoire urbain, jonglant entre transformation et hybridation, et pose la question du visible et du symbolique. Il met en scène la nouvelle physionomie des villes ; lieux d’échange, d’intégration, d’apparition et de disparition des frontières.
Sa performance artistique, enrichie par leurs nombreux voyages, offre une vision poétique d’un monde transformé et ré-imaginé.

Plus d’infos sur le festival BLC sur Facebook & Instagram